Breaking News
Home / Médias / SIGN7 – Le Totem des Droits de l’enfant – Radio France International
SIGN7-Radios

SIGN7 – Le Totem des Droits de l’enfant – Radio France International

L’association du Totem est une initiative originale, à la frontière entre travail artistique et démarche humanitaire, à l’image de son fondateur, Emmanuel-Charles Garnier. Le Totem, c’est aussi un objet qui, depuis dix ans, va de ville en ville, pour sensibiliser parents et enfants aux droits des enfants, et à la charte qui s’en inspire. Rencontre avec le président de l’association du Totem des droits de l’enfant et inventeur de l’objet Totem.

Emmanuel-Charles Garnier a longtemps travaillé bénévolement dans l’humanitaire : en Europe de l’Est (Roumanie, Albanie, Pologne, Arménie) et en Ouzbékistan, avant et après la chute du mur de Berlin. Pour ce dernier, l’humanitaire est un « don humain et un partage ». On donne, on transmet, puis on s’en va, sans rien devoir.

Artiste plasticien, il s’inspire de cette double expérience d’artiste et d’humanitaire lorsqu’il monte l’association du Totem.

totem-issy-17
Genèse du Totem : comment l’aventure a-t-elle commencé ?

Les débuts de l’association, le Totem lui-même, objet nomade et l’association qui le porte depuis 2000.

Objectif de l’association et du Totem : faire connaître la Convention et les dix principes de la Déclaration de 1959. Et simplifier les dix principes pour les rendre plus accessibles aux enfants eux-mêmes. En une phrase ou deux, l’idée de chaque principe est résumée, pour être intégrée plus facilement par le jeune public concerné.

Illustration avec le Principe 1 : « L’enfant doit jouir de tous les droits énoncés dans la présente Déclaration. Ces droits doivent être reconnus à tous les enfants sans exception aucune, et sans distinction ou discriminations fondées sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, les opinions politiques ou autres, l’origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou sur toute autre situation, que celle-ci s’applique à l’enfant lui-même ou à sa famille. »

Avec le Totem des droits de l’enfant, il devient ainsi : « Je partage les mêmes droits que les enfants du monde entier ».

Emmanuel-Charles Garnier nous décrit lui-même le travail et les objectifs de l’association :

L’association qui gère le Totem travaille avec des villes, des institutions, voire des écoles, qui réclament sa venue. L’idée est de donner des outils de réflexion aux enfants, adultes et structures qui vont à sa rencontre : pour qu’ils prolongent la démarche après le départ du totem. Selon son fondateur, le Totem agit donc un peu comme un label. A eux de s’approprier l’objet et l’esprit de la charte, sous la forme de minis-totems par exemple.

totem_droitsenfants200

Un travail en amont est nécessaire, avant l’arrivée du Totem dans la ville ou l’école qui l’accueille. Explications :

Lorsqu’une institution ou une municipalité fait appel à l’association, le Totem lui-même n’est pas toujours réclamé. Ce sont alors les supports pédagogiques et ludiques (affiches, passeport des droits de l’enfant) créés par l’association qui parviennent aux structures qui le demandent. Les enfants pourront ainsi « jouer » sérieusement autour des dix principes de la charte. Exemples d’activités autour du Totem :

Contacts et partenariats : comment fonctionne l’association concrètement ?

Les actions du Totem liées à la Francophonie :

Le paradoxe du Totem : entre le ludique et le sérieux.

Sur ce point, Emmanuel-Charles Garnier et Colombe Anouilh se rejoignent. Tous deux l’affirment : par le Totem et le concours, les enfants sont partie prenante : c’est un vrai travail !

colombeetECG200

La vraie passerelle entre le concours et le Totem, on la trouve avec l’écrit et le dessin.

Emmanuel-Charles Garnier :

Emmanuel-Charles Garnier et Colombe Anouilh :

La Convention Internationale des Droits de l’enfant a été adoptée le 20 novembre 1989
par l’Assemblée Générale des Nations unies.
Elle est composée de 54 articles.
Avant cela, la Déclaration des droits de l’enfant, avec ses dix principes,
avait été adoptée le 20 novembre 1959 par l’Assemblée générale des Nations unies.
A ce jour, seuls deux pays n’ont pas ratifié la Convention : les États-Unis et la Somalie.

Marine Bechtel

SIGN7-RFI

Article : RFI

Article publié le 27/04/2010

About Officiel

Check Also

SIGN7-S70065311-Lartme 11-R

SIGN7 – LARTME 11

LARTME 11 10 numéros Collectors Originaux A4 – 48 pages Parution fin janvier… SIGN7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.